Spiritualité Belge

Spiritualité Belge
Votez amis Belges !

L’essence de la spiritualité

La spiritualité est la capacité d’une personne à se comprendre elle-même, c’est-à-dire la capacité de trouver des réponses aux questions : qui suis-je ? d’où suis-je ? d’où viens-je ? où vais-je ? quels liens et quelles valeurs me donnent la possibilité d’atteindre le sens de ma vie ? Grâce à la spiritualité, une personne peut avoir une attitude consciente et responsable envers elle-même, les autres, Dieu et le reste du monde. Seule une personne spirituellement active peut penser, aimer et travailler. Une personne sans vie spirituelle est impuissante et exposée à tous les dangers, comme un animal privé de son instinct. La vie spirituelle est le centre de commandement de la vie humaine. Les hormones régulent le corps, la conscience donne dimension au psychisme, la conscience à la sensibilité morale, la vie spirituelle est responsable de la gestion de toutes les sphères de l’existence personnelle. La spiritualité vécue de différentes manières (du christianisme, du bouddhisme, de l’athéisme) découle de la manière de comprendre la personne et son existence de manières extrêmement différentes.

Une spiritualité négligée

Il est plus susceptible aujourd’hui de désirer la richesse matérielle que la richesse spirituelle. Les besoins spirituels ne sont pas aussi facilement perçus que les besoins physiques, émotionnels et matériels de notre monde. Il est plus probable qu’un enfant demande à ses parents de lui donner quelque chose à manger qu’à méditer. Il y a beaucoup de jeunes mais aussi d’adultes qui ont peur de poser des questions sur qui ils sont et pourquoi ils vivent. Plus une personne est spirituellement immature, plus elle est incapable de gérer correctement les biens matériels lorsqu’elle les possède. Une personne qui a beaucoup d’argent mais pas de vie spirituelle est dangereuse pour elle-même. Plus elle est riche, plus elle est convaincue que l’amour peut être remplacé par des objets qui l’aident à être heureuse. Le manque de vie spirituelle implique une recherche du bonheur par tâtonnements, ou par des tentatives et des tests qui conduisent à des résultats parfois positifs mais souvent négatifs. Cette dernière est une façon extrêmement dangereuse d’agir pour la personne humaine, parce que, d’après certaines preuves, nous ne revenons plus au point de départ.

Le corps ne peut pas expliquer à l’homme le mystère de la vie humaine, car il ne sait pas qui nous sommes et pourquoi nous vivons, et il ne peut qu’interpréter les impulsions et les besoins physiques. Si dans la vie d’une personne la domination du corps l’emporte, alors il devient comme un cancer qui soumet toutes les autres sphères de l’existence humaine, vivant à leurs dépens. Celui qui se considère uniquement comme un corps physique, concentre tout sur la physicalité et se soumet à la dictature du corps. Une personne qui se considère uniquement comme un corps n’est pas capable de penser de manière rationnelle, ne sait pas comment être mature dans l’amour et responsable au travail. Elle est esclave de son propre corps, au lieu d’en être le maître et le sage guide. Cultiver la vie spirituelle ne signifie pas faire prévaloir l’esprit sur le corps, mais intégrer les sphères spirituelle et physique. Le corps sans l’esprit n’est pas conscient, il a un sens ; l’esprit sans le corps est inhumain. La spiritualité commence quand la personne, pensant au-delà de son état physique, se demande quel sens a cette dimension physique, quel sens la vie elle-même a reçu comme un don.