Médium pure

Médium pure
Votez amis Belges !

S’il est vrai que nous avons tous les outils pour être moyens, pourquoi peu d’entre nous parviennent-ils à avoir cette élasticité mentale et le bon équilibre émotionnel pour les utiliser correctement ?
Nous savons que le médium est l’individu qui, dans un état de conscience particulier, accède à des niveaux de réalité qui vont au-delà de la conscience limitée au plan physique.
Pour ce faire, tout d’abord, il doit libérer l’esprit de toute pensée consciente.
Ayant brisé cette barrière, l’inconscient se manifeste par ses impulsions de désirs, d’espoirs, de peurs, etc.
Ceux-ci produisent tous ces phénomènes (même paranormaux) de « psychisme », qui peuvent assumer la même caractéristique qu’une session spirituelle authentique, avec des personnalités fictives (appelées Tulpa ou Egregori) qui agissent et dialoguent comme si elles étaient externes à la personnalité du médium.
En réalité, ils sont inconsciemment reconstruits par le même sujet et couverts des caractéristiques des désirs et des peurs qui caractérisent son psychisme le plus profond.
Cela seul peut nous faire comprendre les dangers auxquels un esprit faible ou une personnalité fragile peut être exposé.
d’autant plus, comme je l’ai dit précédemment, que, dans cet état, il est aussi possible de produire des phénomènes paranormaux de vision, de précognition et même des phénomènes physiques de toutes sortes, de nature à suggérer et faire paraître « authentique » une relation qui n’existe pas.

Quelle est donc la vraie médiumnité ?

C’est celui qui, ayant brisé la barrière consciente, parvient aussi à exclure toute influence inconsciente et, par ce canal, à accéder à ce niveau non substantiel et inexpliqué que beaucoup définissent génériquement comme « inconscient collectif ».
Là, la vraie relation s’établit avec une conscience qui s’étend aussi à d’autres plans d’existence, à d’autres personnalités, qui peuvent se manifester en pleine autonomie, avec des messages qui reflètent l’ampleur de l’ouverture que le médium a su faire.
Il n’est donc pas facile d’être les instruments de ce miracle, et cela devient dangereux pour ceux qui sont chargés d’attentes pour essayer de se réaliser ; dans la mesure où cette attitude exalte ce côté obscur de leur propre inconscient que la nature a bien pensé à garder bien couvert.